Signalisation pour les cyclistes et les piétons PEP - Synthèse

Comparaison des règles et pratiques de signalisation dans 13 pays

Signalisation pour les cyclistes et les piétons PEP - Synthèse

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant
Date de publication: 8 avr. 2014
Type :
0,00 €
0,00 €

Description rapide

Le manque d’activité physique couplé avec l’usage fréquent de véhicules motorisés en zone urbaine a conduit à l’augmentation de la sédentarité. Cette dernière est devenue un réel problème de santé publique. Accroître la part modale de la
marche et du vélo contribue non seulement à améliorer notre santé, mais également réduirait la pollution de l’air et le bruit, et pourrait également conduire à un plus grand usage des transports publics.
Afin d’accroître l’attractivité de la marche et du vélo, les infrastructures nécessaires doivent exister. Elles doivent être accessibles et offrir du confort pour chaque utilisateur.
Les études montrent que les usagers ont très peu de connaissances du territoire urbain. Souvent, leur vision est celle d’un archipel constitué d’îles connues entourées d’océans inconnus. C’est pourquoi une signalisation facilement reconnaissable et familière, qui donne des directions claires et des indications sur les distances et les temps de parcours, est un outil pour rendre plus attractif la marche et le vélo.
Aujourd’hui, il existe une multitude de panneaux et autres signaux, souvent développés localement, qui ne remplissent pas toujours ces critères.
Cette étude menée par le Cerema dans le cadre du plan paneuropéen transport santé environnement (PPE TSE) fournit un inventaire des règles et réglementations ainsi que des bonnes pratiques pour la signalisation piétonne et cycliste dans treize pays. Les informations et les exemples peuvent servir de référence pour les collectivités locales ou les états qui souhaitent développer une telle signalisation. L’étude pourrait également être un point de départ pour l’harmonisation au niveau international de la signalisation pour la marche et le vélo, et constituerait ainsi une contribution à la révision de la convention de Vienne sur la signalisation et la circulation routières (1968) en vu de la promotion des mobilités actives et de faciliter le tourisme lié à la marche et au vélo.