Services a la mobilité dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville

Bilan exploratoire des méthodologies et des outils de mesure

Services a la mobilité dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant
Date de publication: 1 oct. 2005
Type :
0,00 €
0,00 €

Description rapide

Si plusieurs circulaires officielles recommandent d'établir un volet déplacement pour les contrats de ville, ceux-ci sont en fin de compte peu nombreux. A partir de la consultation de plus de 300 documents et l'étude approfondie de 29 diagnostics sur les transports dans les quartiers défavorisés, ce rapport s'interroge sur les méthodes et indicateurs pour mieux caractériser l'offre en déplacements dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Tout en remarquant la confusion trop souvent entretenue entre transports en commun et services à la mobilité, les auteurs recommandent de prolonger leur réflexion sur les indicateurs communs qui pourraient permettre d'améliorer ces diagnostics, et peut-être de relancer ces volets déplacements à travers un cahier des charges maîtrisé.29 diagnostics sur les déplacements ont été évalués, leur analyse a conduit à les classer selon plusieurs critères : le donneur d'ordre, les méthodes d'études (quantitatives et qualitatives ou à partir de sources documentaires) et les périmètres.A partir des diagnostics et des études sur le domaine, l'étude a référencé une liste d'indicateurs et de variables sur les données générales, les offres, les besoins et leurs adéquations.Elle constate que les indicateurs (ou plutôt les variables) retenus dans les diagnostics renvoient à l'offre TC et sont surtout quantitatifs. Les diagnostics gagneraient à s'enrichir de critères qualitatifs plus fournis.Mais, au-delà des problèmes méthodologiques, l'absence de volet déplacements dans le contrat de ville dépend plus de l'existence d'un cahier des charges partagé entre les acteurs de la ville et des déplacements que d'une « base minimum à connaître » d'indicateurs.