Régulation des vitesses sur voies rapides urbaines

Une synthèse des expérimentations

Régulation des vitesses sur voies rapides urbaines

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant
Date de publication: 1 janv. 1999
Type :
0,00 €
0,00 €

Description rapide

Ce rapport vient compléter la liste de documents constituant le corpus technique relatif à l’application du schéma directeur d’exploitation de la route pour les infrastructures classées en niveau 1A.
Il vient à la suite d’un rapport d’étude du CERTU traitant la régulation des accès, publié en décembre 97. Ce dernier document rappelle toute la problématique de l’exploitation des voies rapides urbaines et il a paru inutile de faire les mêmes rappels. D’une certaine façon, le présent rapport constitue une suite et un complément à la régulation des accès, bien que les sites d’application puissent être différents. Il participe à la diffusion des connaissances sur ce sujet, en faisant la synthèse d’expérimentation françaises et étrangères, et essayant d’en tirer quelques recommandations générales.
Avant d’entreprendre cette étude, peu de réalisations nous étaient connues, à tel point que les deux seules opérations que nous pouvions citer d’emblée étaient Marseille et Rotterdam. Il était difficile de faire des recommandations, et l’expérience de modulation des vitesses réalisée par la SANEF sur l’A35 au nord de Strasbourg vient d’une certaine façon relancer l’intérêt pour ce type d’action.
Après une recherche bibliographique de toutes ces diverses expérimentations, il s’avère que le nombre de réalisations est relativement important, même si ce relevé n’est pas totalement exhaustif.
Ce document tente aussi d’expliquer comment ces actions peuvent être couplées avec d’autres mesures d’exploitation, et comment il est possible d’utiliser des moyens (recueil de données, afficheurs) communs pour la mise en œuvre de plusieurs stratégies.
Ce document ne prétend pas à l’exhaustivité, tant au niveau des expériences actuelles, que des techniques utilisées et encore moins des algorithmes de régulation. N’oublions pas non plus que les techniques évoluent en permanence, et pour illustrer ce dernier propos, nous citerons quelques axes de recherche actuels :
Les perspectives offertes par la  vidéo associée à l’analyse d’image et la mise au point de nouveaux capteurs d’analyse des vitesses,
Le développement d’afficheur à pictogramme intégral,
Les expériences actuelles d’implantation de petits PMV sur terre-plein central.

Enfin, ce document traduit notre connaissance actuelle du domaine, et aussi ses limites : chaque fois que nous avons pu, nous avons formulé des questions sur les points qui nous ont semblé important mais sur lesquels nous n’avions pas d’éléments de réponse. Ces questions peuvent susciter de nouvelles expérimentations, ou parfois tout simplement des échanges d’information entre les experts du domaine, que nous ne manquerons de faire figurer dans une deuxième version. Pour l’instant, il nous a semblé préférable de publier ce document en l’état actuel de nos connaissances, sachant que le corpus technique du SDER n’en est qu’à ses débuts.
Mentionnons également le fait que la régulation des vitesses (au sens de limitation variable des vitesses) s’inscrit dans un contexte bien plus large de « gestion des vitesses », pour lequel nous avons préféré renvoyer le lecteur à une étude très complète réalisée dans le cadre du projet européen MASTER que d’essayer de la traiter dans sa globalité.