Mobilités et transports - le point sur n°27 - 30 ans de PDU en France

Mobilités et transports - le point sur n°27 - 30 ans de PDU en France

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant
Date de publication: 20 mars 2013
Type :
0,00 €
0,00 €

Description rapide

Les plans de déplacements urbains (PDU) ont trente ans d’existence. Créés par la loi d’orientation des transports intérieurs (LOTI) en 1982, ils ne se sont réellement développés que depuis la loi sur l’air de 1996 qui les a rendus obligatoires dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants.
Outils de planification globale des déplacements dans les agglomérations au service du développement des transports collectifs et des modes actifs (marche et vélo) dès les années 1980 et 1990, leurs prérogatives se sont progressivement enrichies autour d’enjeux plus récents ou insuffisamment traités les premières décennies : l’environnement et le changement climatique, l’accessibilité des personnes à mobilité réduite, l’articulation transport urbanisme ou encore la gestion du stationnement et du transport de marchandises.
Trente ans après leur création, les PDU ont montré leur efficacité pour contribuer à influer sur les pratiques de mobilité des habitants : baisse de l’usage automobile dans les centres des grandes agglomérations, hausse de la fréquentation des transports collectifs et développement des
modes actifs.
Leur succès a encouragé de nombreuses agglomérations moyennes à se lancer dans des démarches volontaires et le PDU est aujourd’hui l’un des modèles du « plan de mobilité urbaine durable » promu par l’Europe dans son plan d’action pour la mobilité urbaine.
Toutefois, des difficultés de mise en oeuvre persistent, notamment en raison de l’intégration complexe du PDU dans la hiérarchie des documents de planification, de la multiplicité des acteurs en jeu dans la gouvernance et la nécessaire coopération entre autorités organisatrices de transports (AOT) au-delà du périmètre d’application du PDU. Aujourd’hui, le PDU fait ainsi face à de nombreux défis qu’il devra relever pour renforcer sa contribution à l’intégration des politiques urbaines et de mobilités.