Generalisation des doubles sens cyclables pour les voiries de type zone 30, le cas de illkirch-graffenstaden

Generalisation des doubles sens cyclables pour les voiries de type zone 30, le cas de illkirch-graffenstaden

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant
Date de publication: 26 août 2008
Type :
0,00 €
0,00 €

Description rapide

Ce travail s'inscrit dans la démarche du code de la rue. Cette démarche a été lancée par le ministre des transports le 18 avril 2006. Le comité de pilotage qui rassemble les institutions administratives et les associations d'usagers, de professionnels et d'élus a mis à l'étude parmi ses chantiers prioritaires le double sens cyclable.
L'objet de cette étude est de nourrir les réflexions, en apportant des éléments objectifs sur une
généralisation des doubles sens cyclables à partir d'une étude de cas : Illkirch Graffenstaden.
En effet cette commune de 25 000 habitants présente la particularité d'avoir maintenu la circulation des cyclistes à double sens dans ses 25 à 30 voies à sens unique. Ces voies sont des voies de desserte à vitesse et trafic modérés de type « zone 30 ».
Au cours des cinq dernières années, il n'y a pas eu d'accident corporel impliquant un cycliste localisé sur les voies faisant l'objet de l'étude.
La peinture verte n'est plus utilisée au niveau des intersections pour éviter toute ambiguïté concernant le régime de priorité.
L’observation du fonctionnement et l’analyse de la sécurité permettent de conclure à la bonne adéquation de ce type d’aménagement dans un contexte de voies à circulation apaisée de type zone 30.
Lorsqu’une intersection est abordée, il est nécessaire de s’assurer de la cohérence des régimes de priorité des différentes branches ; en zone 30, le régime normal est la priorité à droite, qui ne nécessite aucun ajout de panneau. Si le régime de priorité est autre, il convient alors de préciser celui des cyclistes qui abordent le carrefour. La signalisation verticale peut être très réduite ; elle doit être rappelée à chaque intersection. La signalisation horizontale est souhaitable à l’approche des intersections ; elle rappelle de façon claire aux automobilistes l’usage de la voie et permet d’éviter des manoeuvres de giration potentiellement conflictuelles. En section courante, la matérialisation de la séparation des flux antagonistes ne semble pas être une nécessité dans les voies de quartier. Elle est à définir en fonction de l’emprise disponible.