Évaluation des transports en commun en site propre - Analyse des restructurations de réseaux de transport public

Analyse des restructurations de réseaux de transport public liées à la mise en service d'un transport en commun en site propre sur cinq agglomérations françaises

Évaluation des transports en commun en site propre - Analyse des restructurations de réseaux de transport public

Double-cliquez sur l'image ci-dessus pour la voir en entier

Zoom arrière
Zoom avant
Date de publication: 1 mai 2000
Type :
0,00 €

Description rapide

Dans le cadre des réflexions, plus larges, menées par le CERTU sur l'évaluation des transports en commun en site propre, nous nous sommes rendu compte qu'une mauvaise appréciation de la restructuration d'un réseau associée à la mise en service d'un TCSP pouvait être une source d'erreur importante dans l'évaluation d'un projet.C'est pourquoi nous nous sommes intéressés aux restructurations effectuées dans cinq agglomérations françaises : Lille, Lyon, Nantes, Toulouse et Rouen. Nous avons essayé d'identifier si les principes de restructurations étaient les mêmes, si les restructurations avaient évolué dans le temps, selon le rang de la ligne, selon le mode (métro ou tramway) et quels étaient les résultats de ces restructurations.Globalement, les grands principes de restructuration sont les mêmes partout, c'est leur dosage qui peut différer d'une agglomération ou d'une ligne à l'autre. Ainsi, on ne restructure pas de la même façon en 1985 et en 1995, autour d'une première ligne ou d'une deuxième ligne. Toutefois, les restructurations autour d'un métro et autour d'un tramway ne sont pas très différentes, même si les meilleures performances d'un métro permettent une restructuration plus stricte.L'autorité organisatrice et l'exploitant s'impliquent fortement dans la restructuration des réseaux, mais les élus des communes concernées n'entrent en scène que lorsque l'opération est bien avancée.Les déplacements sur le réseau de transports publics augmentent très fortement à la mise en service d'une première ligne.Le ratio recettes sur charges d'exploitation s'améliore dans la majorité des cas, par contre le déficit d'exploitation a plutôt tendance à augmenter.